Publié le 03 février 2021

La ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, a annoncé l’ajournement des expulsions locatives en raison de la crise du Covid-19.

La ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, a annoncé au Parisien le prolongement de fait de la trêve hivernale. Elle devrait dévoiler, ce mardi 2 février, des mesures pour lutter contre la croissance attendue des expulsions locatives provoquées par la pandémie de Covid-19 et les difficultés économiques qu’elle occasionne. Des annonces qui interviennent peu après la publication du dernier rapport de la Fondation Abbé Pierre à propos du “mal-logement en France”, qui décrit la situation actuelle comme une “bombe à retardement”.

L’une des premières mesures fortes que la ministre a évoquée au cours d’un entretien au quotidien francilien est donc le report de deux mois de la fin de la trêve hivernale et par conséquent des expulsions locatives et coupures d’énergies pour cause d’impayés. Du 1er avril, la date est repoussée au 1er juin. “Cet allongement est nécessaire compte tenu de la crise. De toute façon, la force publique ne pourrait pas gérer un si grand nombre d’expulsions et cela poserait un gros problème social”, a notamment justifié Emmanuelle Wargon, prônant un “pilotage différent”.

Mieux aider les propriétaires-bailleurs

La ministre du Logement a également annoncé vouloir mieux indemniser les bailleurs victimes d’impayés dont le locataire n’est pas expulsé. “À l’heure actuelle, cette indemnisation est très inégale selon les départements. Je souhaite que cette indemnisation soit automatisée, qu’elle dispose d’un budget harmonisé et réévalué”, a expliqué Emmanuelle Wargon, en précisant qu’elle souhaitait faire venir cette prérogative dans le giron de son ministère, au lieu de celui de l’Intérieur actuellement.

Source: Capital – 02/02/2021